Home Formation à distance MOOC : comment éviter l’échec ?

MOOC : comment éviter l’échec ?

par Charlotte
Mooc et taux de complétion

Arrivés par milliers en France au début des années 2010, les MOOC promettaient de révolutionner la formation individuelle. Après quelques années de mise en ligne, le savoir véhiculé par les MOOC peine à passionner les foules sur la longueur. Quelles solutions apporter pour éviter l’échec des MOOC ?

MOOC et taux de complétion

Le taux de complétion d’un MOOC est un indicateur qui permet de connaître le nombre d’apprenants arrivés au bout de leur formation à distance. S’ils sont nombreux au moment de l’inscription d’un MOOC, leur nombre diminue au fur et à mesure de l’avancée de la formation pour n’être plus que 2 % à 10 % à la fin de la formation. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs.

  • Des profils variés

Les apprenants ont des attentes différentes et si le MOOC se veut ouvert à tous, il n’est pas forcément adapté à tous les profils d’apprenants, ce qui crée de la frustration et favorise le décrochage.

  • Des formations consommables

Les apprenants s’inscrivent à un MOOC dans le but d’apprendre une chose en particulier, mais ne s’intéressent pas à l’intégralité de la formation dispensée. Ils picorent le contenu proposé sans s’investir pleinement dans la formation.

  • Un manque d’interaction

Le manque d’interaction peut jouer un rôle dans le décrochage des apprenants inscrits à des MOOC. Les vidéos ne suffisent plus à capter leur attention.

  À lire aussi: Réussir une formation en ligne : les conseils à suivre  

MOOC : comment rendre les formations plus attractives ?

Pour éviter le décrochage des apprenants et les encourager à suivre la formation jusqu’à la fin, certaines universités et autres défenseurs des MOOC explorent des pistes d’améliorations de ce support de formation à distance.

Impliquer davantage les apprenants

Pour rendre un MOOC plus engageant, l’une des pistes privilégiées consiste à impliquer directement les apprenants dans le processus de formation en leur proposant de réaliser des projets concrets et collectifs comme des travaux pratiques. Le travail et l’investissement sont valorisés, en plus d’instaurer un esprit d’équipe et de rapprocher les apprenants entre eux.

Organiser davantage de rendez-vous en direct

L’interaction est au cœur de cette idée d’amélioration des MOOC. Plus généralement sous forme de vidéo, d’audio, ou de supports textes, les MOOC peinent de plus en plus à capter les apprenants. Pour réduire le taux d’abandon des MOOC, les échanges entre apprenants et formateurs sont encouragés, tout comme les échanges entre apprenants entre eux. Ces échanges peuvent prendre différentes formes :

  • Un direct vidéo, à l’instar d’une classe virtuelle pendant laquelle le formateur revient sur les zones d’ombre de la formation et répond aux questions des internautes.
  • Des rencontres physiques entre apprenants et si possible avec le formateur pendant du parcours de formation.
  • Alternative certes moins instantanée mais tout autant pertinente : les forums et autres plateformes en ligne. Les apprenants posent leurs questions et le formateur y répond en ligne.

Bien choisir les intervenants

Un des paramètres influant sur le taux de complétion d’un MOOC n’est autre que l’intervenant qui délivre la formation. En effet, les apprenants sont plus enclins à suivre une formation dispensée par une personne au charisme fort, et ce, même si le sujet du MOOC ne les intéresse pas pleinement de prime abord. Au-delà du contenu même de la formation, il est essentiel de choisir un intervenant charismatique, expert dans son domaine et pédagogue, dont le savoir sera un moteur pour les apprenants.

À lire aussi : MOOC : comment mettre en valeur les participants et les impliquer ?

Glowbl propose une solution innovante et des offres adaptées à vos besoins. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes.

Merci pour cette information !

 

Nous avons bien pris en compte votre thématique favorite.
À bientôt, pour de nouvelles lectures.